Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Communiqué

Publié le

Hello,

We write you to tell you what's happen in Nantes, in the city where you gonna play in few days. We have found our mail adress on the website and we write personaly as it's very important that you know the situation by our voice too. We are serching for a mediatic support since we're squatting the « Lieu Unique », but anyone has provide us something really powerfull and positive. The medias says bullshits or don't talk of this, as they were forced to silence. We're looking for artists to support us and do real information.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Dairy of the occupation of the Lieu Unique, 24/10/2012 16H

Where we gonna go when we will be evicted? Don't you think that the real emergency is to rehousing people instead of evicting them ?

In Nantes, the first floor of the Lieu Unique is squatted for two weeks now by the collective « One roof for all ». We were yesterday night around fifty homeless people, families, children and acticivists sleeping there on the floor. And new homeless people join us everyday. We can explain this growing number of people in the streets and also because we don't find anyone to answer to our needs. The PS, the Socialist Party do not provide homes, which is its mission regarding to the law. Sometimes one of our family get three or for days in a cheap hotel Formule 1 in the surbubs of the city by calling the 115, emergency number phone, but sooner or later, they come back to the sleeping of the Lieu Unique.

The trial of the collective was yesterday for opening the Lieu Unique without authorization. In the same journey, we've try to move in a vacant home of accomodation for homeless pepole which is open only one month per year, in february. But our plan has fail. 7 trucks of CRS, 6 cars of Police ans the special forces of intervention have come for evicting us. It's a total non-sens ! We are pacifists, we're just asking for roofs, which is a vital need.

Today, we don't know who are the one we can trust. The gouvernment is lying, the police too, the medias too. We're waiting today for the judge decision and the recipe of eviction. We don't know where to go.

Why all this? This is not a problem of housing shortage! Solutions are existing and we can, as homeless people, activists, associations, provide right now the long liste of all vacant spaces of our city, that the institutions know better than us !

We wonder if the institutions really have the will to answer to social emergency.

Our aim is not to occupy the Lieu Unique ! Even if we organise ourselves collectively the security, the sleep, the meal of the people, we know that it is not a living space. This is a surviving space and more than that it is a space for revendications !

Our first goal is to protect people, families and children

Our second goal is to reach for a mediatic support so that people from Nantes and around the world open their eyes on the situation.

Crisis should not opposed poor people one against each others, social workers one against each others, as it happened in Marseilles where people put fire to a Rom camp. Crisis is a global social problem, due to political and economical choices.

We call for everyone to open their eye on this situation. Some of us are sleeping in the street, in parks, in the waiting room of hospital, in small rooms of peripheric hostels. Chidldrens can not go to school. And the weather won't get better. We don't want you to make you feel guilty but responsible. It unacceptable to turn his face when homeless people are sleeping in the streets at night, under the rain. You can do something ! With your words, with your music, with your art.

We don't want to fight for 3 ou 4 nights in a small hotel room where you cannot cook, we want that all homeless people and families get a real acceptable solution for this winter. If the gouverbement do not respond to our needs, we are going to open news homes by ourselves because it is a human right to have a home and it is not negotiable.

Please, do something, call people arround you, talk to your public, write songs, spoke to TV, anything you can !

We thanks you a lot, please do contact us by mail,
untoipourtousettoutes@yahoo.fr

Actualité de l'occupation de votre lieu de travail N°4

Collectif "Un toit pour tous et toutes"

Le 24/10/2012 -12H

Comme vous avez pu l'apprendre par les médias ou par votre direction, nous avions trouvé hier un endroit adéquat pour quitter le LU : le foyer d'hébergement Gustave Roch qui appartient à la mairie. Ce bâtiment comporte une cuisine, des douches et sanitaires, et différentes chambres de 3 à 5 places. Eau chaude et chauffage ! Ce lieu, qui nous est vital est laissé inoccupé 92% de l'année. Il n'ouvre qu'en période de « grand froid », ce qui représente en 2012, l'unique mois de février.

Le Collectif « Un toit pour toutes et tous » a donc réquisitionné hier matin le foyer « Gustave Roch ». Cette occupation était rendue nécessaire par l'afflux incessant de personnes sans-abris au Lieu Unique depuis la fermeture de « la Halte » (un foyer de nuit nantais ), et des non-réponses gouvernementales. Elle exprimait également une nouvelle fois notre exigence que les pouvoirs publics mettent à disposition des logements vides.

La mairie de Nantes a immédiatement demandé l'évacuation par les forces de l'ordre, qui sont intervenues d'une manière totalement disproportionnée : 7 fourgons de CRS, 5 véhicules de police, 2 voitures banalisées de la BAC et le GIPN ! Une intervention telle que celle-là est d'une démesure totale, un gâchis d'argent public et d'énergie. Nous sommes des sans-abris, des militants bénévoles et on nous fait passer pour de dangereux délinquants alors qu'encore une fois, nous réclamons des nécessités vitales.

Nous dénonçons l'inaction totale et concertée de la Mairie et de la Préfecture sur la question de l'hébergement et du logement*. La seule réponse qu'ils trouvent est l'expulsion des personnes en lutte pour exiger un toit pour toutes et tous. La calomnie se rajoute en accusant ces personnes engagées de « saboter les efforts » des autorités, alors que nous ne faisons que mettre à jour leur inaction et leur incapacité.

La répression des mouvements sociaux par l’État socialiste atteint un point culminant jamais vu depuis longtemps. La ville du Premier Ministre est la vitrine d'une politique qui fait beaucoup de fausses promesses, mais qui en réalité n'est pas au service des classes populaires et fait taire violemment toute opposition. La ville refuse de trouver des solutions aux maux qu'elle génère.

Ce qui est demandé n'est pas la mer à boire par rapport aux moyens dont l'état français dispose, par rapport au budget de la police, par rapport à celui de « Voyage à Nantes », etc.. Nous faisons appel au bon sens ! Nous ne demandons pas un skate park, nous demandons un toit ! La mairie perd le sens des réalités. Ce n'est pas par la brutalité que l'on va résoudre un problème de santé publique !

Aussi après expulsion, nous sommes retourné au Lieu Unique, qui est pour l'instant notre seul endroit sécure et chauffé. Nous sommes inquiets pour la suite des événement. L'ordre d'évacuation va nous être remis aujourd'hui par l'huissier. A partir de cet instant, nous aurons 48H pour quitter les lieux. Nous sommes 8 familles, 7 enfants, ainsi qu'une trentaine de personnes isolées, avec et sans-papiers de 18 à 70 ans à dormir à votre étage. Nous imaginons une expulsion de nuit, afin de ne « gêner » personne. Nous avons peur de la brutalité policière et du silence des médias. Un contrat moral lie chacune des personnes du collectif, il nous semble dangereux et impossible de retourner dans la rue.

Nous vous renouvelons notre demande de support médiatique. Vous pouvez faire quelque chose. Montrez que votre manifeste est vrai. Montrez que votre programmation est populaire, emparez-vous de cette actualité. C'est le moment de réellement philosopher, de réellement débattre, de réellement s'enthousiasmer, de faire de la musique et de l'art qui ait un sens. Nous nous faisons appel, encore une fois, au sens de la réalité.

Et bien sûr, vous êtes toujours invité au dialogue, au premier étage de votre établissement. Nous avons une exposition de dessins, photo, collages, tracts, et des petits concerts.

Communiqué de presse

Du collectif "Un toit pour toutes et tous"

Le 24 /10/2012 - 23h

Le Collectif « Un toit pour toutes et tous » qui occupe une partie du Lieu Unique, depuis le 10 octobre, est accusé par la Mairie de ne pas accepter le dialogue.

Dans la réalité, la Mairie n’a proposé une rencontre au Collectif que le jour de l’audience au tribunal en vue de l’expulsion qu’elle a demandé, ce qui n’était pas acceptable à ce moment-là.

Le Collectif a rencontré à plusieurs reprises, depuis le 26 septembre, la Préfecture et la Direction départementale de la Cohésion Sociale.

Cependant, les places ouvertes sont loin de répondre aux besoins et des personnes sans logis continuent de venir s’abriter au Lieu Unique.

Le Collectif réaffirme sa revendication : l’accueil inconditionnel, dans un lieu digne et adapté, de toute personne à la rue et donc de toutes celles présentes au Lieu Unique.

Aujourd’hui, une expulsion de ce lieu remettrait une cinquantaine de personnes à la rue.

Le Collectif « Un toit pour toutes et tous » est ouvert à toute proposition concrète permettant de fournir un toit à toutes les personnes.

Le Collectif reste mobilisé et n’acceptera pas que des personnes soient à la rue.

Collectif de mobilisation réunissant associations, organisations, citoyens et citoyennes soutenu par : AFPS 44, CSF, CGT 44, CIMADE, CNL, Collectif Enfants étrangers Citoyens solidaires (RESF 44), Collectif logement, Collectif Uni-e-s contre une immigration jetable, DAL 44, GASProm-ASTI, Gauche Anticapitaliste, Groupement des Retraités Educateurs sans Frontières, LDH, les Alternatifs, Logis Saint-Jean, MRAP, NPA, Parti de Gauche, PCF, SEN, US Solidaires…

Communiqué de presse

du Collectif "Un toit pour tous et toutes"

Le 23/10/2012. 19H

Le Collectif « Un toit pour toutes et tous » a décidé de réquisitionner ce matin le foyer « Gustave Roch » qui était inoccupé. Cette occupation a été rendue nécessaire par l'afflux incessant de personnes sans-abris au Lieu Unique : aucune réponse du 115, fermeture de « la Halte », etc... Elle exprimait également une nouvelle fois notre exigence que les pouvoirs publics mettent à disposition des logements vides.

La mairie de Nantes a immédiatement demandé l'évacuation du lieu par les forces de l'ordre, qui sont intervenues d'une manière totalement disproportionnée (nombreux cars de CRS, présence du GIPN …).

Nous dénonçons l'inaction totale et concertée de la Mairie et de la Préfecture sur la question de l'hébergement et du logement*. La seule réponse qu'ils trouvent est l'expulsion des personnes en lutte pour exiger un toit pour toutes et tous. La calomnie se rajoute en accusant ces personnes engagées de « saboter les efforts » des autorités, alors que nous ne faisons que mettre à jour leur inaction et leur incapacité.

La répression des mouvements sociaux par l’État socialiste atteint un point culminant jamais vu depuis longtemps. La ville du Premier Ministre est la vitrine d'une politique qui fait beaucoup de fausses promesses, mais qui en réalité n'est pas au service des classes populaires et fait taire violemment toute opposition.

* Une rencontre avec le Directeur de la DDCS cet après-midi nous a confirmé qu'il n'y avait rien de plus au delà du plan de 60 places dont la pérennité n'est toujours pas assurée, puisque même certaines personnes logées en hôtel en ont été expulsées (et il n'y a aucune date de mise à disposition des 60 logements prévus).

Communiqué de presse

du Collectif "Un toit pour tous et toutes"

Le 22/10/2012-18H

La mairie invite ce jour à 14 h le Collectif « Un toit pour toutes et tous » à une entrevue à 17 h. Le collectif ne se rendra pas à ce rendez-vous pour les raisons suivantes :

la ville de Nantes a entamé une procédure d'expulsion à l'encontre des occupants de LU, ce qui aboutira à remettre des personnes à la rue

Dans son assignation au tribunal, la ville de Nantes de dit « non concernée par les revendications du collectif », ce qui est inadmissible. Pour nous, la ville est concernée car d'une part, elle est garante de l'ordre public, et d'autre part elle est propriétaire de nombreux lieux vides qui pourraient être mis à la disposition des personnes sans-abris.

Le collectif a donc demandé une rencontre avant la fin de la semaine sur des propositions concrètes et constructives à la mesure des besoins des personnes sans-abris.

Collectif de mobilisation réunissant associations, organisations, citoyens et citoyennes soutenu par (liste en cours) : AFPS 44, CSF, CGT 44, CIMADE, CNL, Collectif Enfants étrangers citoyens solidaires( RESF 44), Collectif logement, collectif Uni-e-s contre une immigration jetable, DAL 44, Europe Ecologie Les Verts, GASProm-ASTI, Gauche Anticapitaliste, groupement des Retraités Educateurs sans Frontières, LDH, les Alternatifs, Logis Saint-Jean, MRAP, NPA, Parti de Gauche, PCF, SEN, US Solidaires…

Commenter cet article